Etude : l’importance de l’extension du nom de domaine dans les résultats de moteurs de recherche

Semji > Content Marketing > Etude : l’importance de l’extension du nom de domaine dans les résultats de moteurs de recherche

La récente enquête d’Interbrand montre les mauvais résultats des nouvelles extensions du nom de domaine par rapport aux .com au niveau du comportement des internautes. Ainsi, 61% des internautes sondés cliquent sur l’adresse en .com située plus bas dans une page de résultats plutôt que de cliquer sur un nom de domaine placé en première position possédant une nouvelle extension de domaine.

Si l’importance du nom de domaine est connue depuis longtemps, celui de l’extension de nom de domaine est plus que jamais sujet à réflexion. Notamment avec l’arrivée de nouvelles extensions.

Depuis 2012, l’ICANN, la société qui attribue les noms de domaine sur Internet, a en effet autorisé la création de plusieurs centaines de nouvelles extensions génériques. Elles sont liées à des marques (comme .darty), à des endroits géographiques (par exemple .paris) ou a des secteurs diverses (tel .shoes pour le secteur des chaussures).

L’un des objectifs de ces nouvelles extensions est de débloquer un marché sur lequel le choix est de plus en plus étroit. Avec plusieurs centaines d’extensions, il sera par exemple plus difficile pour des cybersquatteurs d’acheter des noms de domaines et de les revendre très cher aux sociétés qui en ont besoin. Ces extensions devraient également permettre d’identifier plus rapidement les sites correspondant aux attentes de l’internaute en proposant un nom de domaine pertinent, concis et précis.

l'adresse avec une nouvelle extension représente

Les chiffres de l’hébergeur OVH en 2014 sur les adresses à nouvelles extensions de domaines
(source : https://www.ovh.com/fr/a1484.nouvelles-extensions-opportunites-pour-les-marques)

Adresses avec une nouvelle extension : un nouvel eldorado ?

Face à l’hégémonie du .com, du .org et du .net, l’adresse avec une nouvelle extension représente pour certains le nouvel eldorado. D’après ses tests, Bill Hartzer, expert en marketing de contenu chez Globe Runner, affirme par exemple que Google Adwords, la partie mots clés payant de Google, a tendance dans certains cas bien précis à favoriser les noms de domaine avec une nouvelles extension, car l’annonce est diffusée plus fréquemment, à un moindre coût, et bénéficie d’un meilleur positionnement.

D’autres encore pensent que ces nouvelles extensions pourraient sensiblement favoriser le positionnement sur le référencement local. Alors que le .fr est réservé pour la France, le .co.uk pour les pays anglo-saxons et que de manière générale, la norme internationale est le .com, ces nouvelles extensions ne sont pas liées à un pays et peuvent inclure un mot clé dans l’intitulé du nom de domaine. Comme « concert.lyon », qui comporte le mot clé « lyon » dans l’extension. Un meilleur positionnement que Google n’a pas confirmé. Responsable de la lutte contre le spam dans l’algorithme chez Google, Matt Cutts a ainsi déclaré en mars 2012 : « Google va tenter de classer les nouveaux TLD (ou domaines de premier niveau, qui représentent l’extension apparaissant après le nom de domaine d’un site, ndlr) de façon appropriée, mais je ne m’attends pas à ce qu’un nouveau TLD puisse obtenir un quelconque avantage par rapport à un .com ».

Alors, faut-il toujours prendre un nom de domaine en .com dont la longévité est impressionnante (le .com souffle ses 30 bougies), ou faut-il plutôt miser sur le potentiel de ces nouvelles extensions ?

Adresse avec une nouvelle extension : de mauvais résultats au niveau comportemental face au .com

Réalisée entre octobre et décembre 2014 sur un échantillon de 1 000 consommateurs américains en ligne, l’étude que vient de publier Interbrand montre que les nouvelles extensions possèdent un impact moindre que les .com au niveau du comportement des internautes.

Au niveau de la reconnaissance d’abord. Selon l’enquête, les consommateurs sont en général deux fois plus susceptibles de reconnaître une adresse en .com qu’une adresse avec une nouvelle extension.

Au niveau de la mémorisation ensuite. Quand ils se remémorent l’extension d’un nom de domaine, 94 % des sondés se rappellent le .com alors que 7 % seulement se souviennent de la nouvelle extension. Après avoir vu un site recommandé avec l’adresse d’une nouvelle extension de domaine, 81 % présument plus tard qu’il s’agissait d’une adresse web en .com

Au niveau du taux de clics enfin. Quand on montre à ces personnes une liste de sites avec une nouvelle extension de domaine, plus de la moitié (59 %) choisissent plutôt de cliquer sur des sites en .com. Malgré l’utilisation de nouveau domaines d’extension, la plupart des sondés  pensent en outre que l’extension de domaine de toute adresse Internet est en .com. Enfin, après avoir vu une page de résultats de recherche montrant des adresses Web similaires mais avec différentes extensions de domaine :

  • 61 % des internautes cliquent sur l’adresse en .com située plus bas quand la nouvelle extension de domaine apparaît en premier, .
  • Lorsque l’on recommande et montre à ces personnes l’adresse avec le nouveau nom de domaine, 62 % choisissent une version en .com de cette adresse.

 

Adresse avec une nouvelle extension : une étude à relativiser ?

Au vu de ces résultats, l’étude déclare  que « donner une nouvelle extension de domaine représente un risque pour la reconnaissance de l’image de marque ». Pour elle, « une entreprise risque de perdre des visites et des clients avec une extension qui n’est pas reconnaissable ».

Une étude intéressante sur les nouvelles extensions de noms de domaine à relativiser cependant. Car passer de quelques dizaines d’extensions à plusieurs milliers pourrait demander un temps d’adaptation pour des internautes.

Pour obtenir une nouvelle extension de nom de domaine, comptez actuellement environ deux euros par an pour un .work à 73 euros pour un .tires.

Les résultats de l’étude d’Interbrand sont à retrouver ici :

adresse avec une nouvelle extension